Ce processus comprend plusieurs étapes bien spécifiques que l’on peut brièvement  et succinctement décrire :

L’ensemble du processus s’accompagne évidemment tout au long de toutes les formes de soutien d’empathie, de présence sécurisante, d’offre de disponibilité après de la part des accompagnants

 

I)                    Le moment de la prise en charge par rapport au traumatisme  et la détermination de qui peut prendre en charge quoi

La création d’un environnement confortable et sécurisant

L’apprentissage d’une technique de respiration permettant de diminuer fortement l’intensité  émotionnelle

 

II)              On « borne » la situation traumatisante en faisant décrire ce que faisait la (les) personne juste avant (zone de tranquillité) et le moment où elle a su que cette situation avait pris fin (sécurité retrouvée) : cela permet de donner un cadre contextuel et temporel 

 

III)            Une description strictement factuelle de ce qui s’est passé en prenant soin de ne pas laisser les émotions envahir ce moment (respiration). Cette étape concerne donc très précisément et exclusivement  l’utilisation des registres sensoriels visuel et auditif externes et la description des comportements

 

IV)            Demander que les personnes expriment leurs pensées et leurs questionnements sur l’événement.

 

V)              Le traitement des émotions : elles sont nommées, sont situées et symbolisées dans le corps, qualifiées (adjectifs). Les (l’)accompagnants les valident (c’était normal de ressentir…)

 

VI)            Description des réactions par échanges entre les participants (la personne) et les (l’)accompagnants. Toutes les réactions sont validées par l’accompagnant car normales.

Aider les personnes à envisager quelques changements dans leur mode de vie pour mettre au jour les bienfaits d’un rôle actif de leur part dans leur reconstruction

 

VII)           La création par le groupe ou par la personne d’un rituel qui permettrait de clore l’événement et de le laisser s’inscrire dans le passé. Ce sera un acte symbolique à accomplir à un autre moment

Il leur sera demandé de le réaliser dans les trois semaines suivantes

 

Le processus demande donc deux séances à trois semaines d’intervalle, la 2ème séance permettant de vérifier que le rituel a bien été accompli et de connaître les premiers résultats du processus

 

C’est ce processus que j’ai utilisé pour aider une assistante sociale qui, seule dans le bâtiment professionnel, a subi une agression certes essentiellement verbale mais réellement menaçante,  par un bénéficiaire, ne pouvait plus retourner à son travail et manifestait beaucoup des symptômes du stress post traumatique

Le résultat de ce travail a été complètement satisfaisant et cette personne n’a pas eu besoin de séances supplémentaires de psychothérapie.

 

Newsletter



Recevoir du HTML ?

Partenaires

Calendrier